menu

MENU

jeudi 19 octobre 2023

Nos impressions sur le prix 2023

Najat ou la survie  

Najat se l’est promis, elle ne deviendra ni institutrice ni mère au foyer. Elle quittera Oujda, cette ville marocaine coincée à la frontière algérienne, et réalisera son rêve : atteindre le kharij, l’Europe. Mais chaque fois qu’elle approche du but, la mécanique se grippe. Par la faute des hommes, de l’administration, du mauvais œil... La faute à ce pays sclérosé par le chômage et la corruption, qui brise les aspirations de sa jeunesse. Qu’est ce qu’une vie passée à attendre ? Vainqueur du Prix Exbrayat, c’était également le choix des lecteurs des médiathèques du réseau. C’est un roman qui traite du désir d’immigration mais surtout de la place de la femme dans une société qui l’enferme, une femme dont le destin dépend encore et toujours des hommes (père, frère, mari). Pourtant elle se donne les moyens de réaliser ses désirs et garde toujours espoir malgré ses échecs répétitifs, que certains de nos lecteurs ont trouvé lassants. Une belle écriture fluide, un récit intéressant.

 La promesse

 En 1942, Jacques, le père de la narratrice, a 8 ans. Ses parents, artistes juifs immigrés d’Europe de l’Est, sont déportés. Le père de Jacques, de Drancy, écrit à une jeune femme pour la supplier de ne pas oublier l’enfant. Sa mère formule la même prière à l’un de leurs amis. Cet homme et cette femme qui ne se connaissaient pas, sauveront Jacques. Mais au nom de quels liens ? La promesse dit l’amour filial, l’instinct de survie, la violence née du silence d’un secret de famille, la réconciliation entre les générations. Mais aussi la honte du passé dont on hérite... On ne peut s’empêcher de penser à « la carte postale » d’Anne Berest, dont nos lecteurs ont trouvé le récit plus fort. Néanmoins, Marie De Lattre livre un récit poignant de son histoire familiale.

 Les petits meurtres du mardi 

La dynamique médiathécaire d’un charmant village du Cantal a créé le club du mardi, qui réunit des fans d’Agatha Christie. Ils décident d’organiser un colloque international consacré à l’écrivaine. Mais un meurtre abominable est commis. Qui a pris la Reine du Crime au mot ? Une comédie avec des cadavres cachés dans les placards, des personnages pittoresques, des détectives amateurs... Et un vrai amour pour l’œuvre d’Agatha Christie, qui donne envie de la relire. Une lecture sans autre ambition que d’être agréable. Ce n’est déjà pas si mal...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire